Des militants Force Ouvrière de la Loire

Le communiqué de la réunion du 8 février 2010

mardi 9 février 2010 par Denis RIVIER

Communiqué commun Intersyndicale du 8 février / lundi, 8 février 2010

Les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC, CGT, FSU, Solidaires, UNSA se sont réunies le lundi 8 février 2010.

Elles constatent que la situation économique et sociale reste très dégradée et très préoccupante pour les salariés, les retraités, les chômeurs et les jeunes qui subissent encore durement les conséquences d’une crise qui s’installe dans la durée.

La situation de l’emploi s’aggrave : plus de 4 millions d’inscrits à Pôle Emploi, 1 million de chômeurs en fins de droit sont annoncés pour 2010.

Le secteur privé continue de subir des plans de suppressions d’emplois. Le gouvernement, au nom de la révision générale des politiques publiques, supprime des emplois au détriment des missions des services publics. La vie au travail se détériore pour les salariés du privé comme du public. Les travailleurs sans-papiers sont dans une situation de non-droit intolérable.

La protection sociale accuse un manque crucial de moyens. Cette situation sociale tendue, faite parfois de violence aux salariés, exige une réorientation des politiques publiques pour réduire les inégalités et renforcer les dispositifs solidaires. Elle nécessite que le patronat assume ses responsabilités sociales et change d’attitude.

Lors du sommet social le 15 février, les organisations syndicales exprimeront leurs exigences d’ouverture de vraies négociations sur ces sujets et d’un véritable dialogue social.

Elles réaffirment, comme elles l’ont déjà fait en 2009, que la sortie de crise passe par des mesures en faveur de l’emploi, des salaires et pensions, une fiscalité plus juste, des politiques publiques en faveur d’une relance économique respectueuse des impératifs écologiques.

Concernant les retraites, elles exprimeront leur volonté que toutes les conditions soient créées pour un vrai débat. Nous sommes bien face à un choix de société. C’est notamment la question des solidarités intergénérationnelles qui est posée. Les organisations syndicales n’accepteront pas une mascarade de concertation. Elles ne se laisseront enfermer ni dans un calendrier ni dans un débat qui ne prendraient pas en compte l’ensemble des questions, notamment le niveau des pensions, l’emploi, le financement, la pénibilité.

Cette situation économique et sociale nécessite l’intervention convergente des salariés du public comme du privé, des retraités, des privés d’emplois, pour porter avec force leurs attentes et défendre leurs intérêts communs.

Les organisations syndicales conviennent de se revoir le 15 février pour analyser le contenu du sommet social et envisager les perspectives d’action et de mobilisation dès le mois de mars 2010.

Elles souhaitent parvenir à des constructions unitaires les plus larges possibles pour obtenir des résultats redonnant confiance et espoir au monde du travail.

Le 8 février 2010


Forum

  • Le communiqué de la réunion du 8 février 2010
    9 février 2010, par Denis RIVIER

    Les quatre premiers paragraphes sont des lamentations.

    Où cela se corse, c’est après : « Lors du sommet social le 15 février, les organisations syndicales exprimeront leurs exigences d’ouverture de vraies négociations sur ces sujets et d’un véritable dialogue social. »

    Qu’est ce que le "véritable dialogue social" ? Est-ce la façon de se comporter qui a valu au Président de dire qu’il a travaillé "main dans la main" avec les organisations syndicales. On ne peut pas être dans les deux camps à la fois.

    Sur les retraites, c’est pire : « Concernant les retraites, elles exprimeront leur volonté que toutes les conditions soient créées pour un vrai débat. »

    Le type même du vrai débat dont nous avons entendu parler, c’est celui autour de la Poste qui a abouti à la privatisation.

    Les six organisations n’ont pas de mots assez forts. Elles dénoncent par avance la "mascarade de négociations" et veulent "redonner confiance et espoir au monde du travail".

    Le bilan du dialogue social, on le voit tous les jours : les licenciements "par consentement mutuel" qui se généralisent, la privatisation de La Poste, Pôle Emploi...

    Le seul dialogue social possible, c’est celui des salriés d’Ackers, de Freescale, de New-fabri, de Continental.

    Ne pas se lamenter, s’organiser !

Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 996869

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité  Suivre la vie du site Archives 2010   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License