Des militants Force Ouvrière de la Loire

Il ne faut pas sous-estimer l’ampleur du malaise des agents

mardi 7 décembre 2010 par Denis RIVIER

Pascal Pavageau, secrétaire Confédéral de Force Ouvrière

« Il ne faut pas sous-estimer l’ampleur du malaise des agents »

FO a réuni mi-novembre 350 de ses délégués syndicaux des trois versants de la fonction publique pour dresser un « Livre noir de la RGPP ». Depuis 2007, FO est le syndicat de loin le plus virulent sur cette réforme, quitte à employer des mots souvent excessifs.

Quelles sont les causes du malaise des agents ?

Ils sont perdus face à des réorganisations, à base de mobilité forcée, auxquelles personne ne comprend rien, ni eux ni leur hiérarchie. Et ils souffrent avant tout de la perte de sens et de valeur de leur travail. Ils ne se reconnaissent plus dans un service public bradé, dénaturé. Dans beaucoup d’administrations et de services déconcentrés, on ne leur demande même plus de faire plus avec moins de moyens, on leur dit directement de ne plus traiter certaines tâches. Ils ont été contraints de se réorganiser avec les moyens du bord, quitte à se débarrasser de missions jugées moins prio-ritaires. Il ne faut pas sous-estimer l’ampleur de ce malaise. Les arrêts de travail, les déprimes et même les suicides se multiplient. FO le répète : la RGPP tue.

Vous contestez le principe même de réorganiser l’Etat ?

Non, et les agents non plus. Mais une grande erreur a été commise dès le départ : le chef de l’Etat a lancé sa réorganisation sous un angle exclusivement comptable et idéologique sans aucune réflexion nationale préalable sur l’avenir du service public, et donc ses missions. La démarche est aussi absurde financièrement : les économies générées sont minimes au regard de leur coût indirect. La tempête Xynthia a coûté plusieurs milliards d’euros, alors que les services de Météo-France auraient pu bien mieux la prévoir si on n’avait pas supprimé des antennes locales pour économiser quelques milliers d’euros ! Idem pour les inondations du Var.

Les simplifications liées à la RGPP améliorent le service rendu aux usagers...

Le véritable objectif de la RGPP n’est pas d’optimiser la gestion du service public mais de le casser en le transférant par morceaux au privé. Or cela se fait forcément au détriment de l’usager, qui en est de plus en plus pour ses frais. Faute de personnel, les pompiers voient certaines missions de secours confiées aux services payants d’ambulanciers privés. Dans la police, les baisses d’effectifs ont entraîné des « transferts de tâches » au mieux vers les polices municipales, au pire vers des sociétés de sécurité privées non qualifiées pour cela.Les réductions de dépenses se sont faites au détriment des impératifs des missions régaliennes de l’Etat.

Dans Les Echos


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 879488

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité  Suivre la vie du site Archives 2010   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License