Des militants Force Ouvrière de la Loire

FO ne participera pas à la journée d’action du 17 juin

lundi 2 juin 2008 par Denis RIVIER

Le secrétaire général de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly a indiqué lundi sur LCI que FO n’appelait pas à participer à la journée d’action du 17 juin sur les retraites et les 35 heures proposée par la CGT et la CFDT.

"FO a décidé de ne pas appeler au 17 juin. Une manifestation de plus, ce n’est pas ça qui fera changer le gouvernement" sur les retraites, a estimé M. Mailly.

Il a rappelé que FO, pour sa part, avait proposé sans succès aux autres organisations syndicales "une journée de grève interprofessionnelle".

"Sur la durée du travail, ce que nous avons confirmé hier (dimanche, lors d’une réunion des instances de FO), c’est qu’il ne fallait pas mettre le doigt dans la porte", a-t-il déclaré à propos de la polémique sur les 35 heures.

Pour FO, la CGT et la CFDT ont en effet "donné un feu vert" en signant leur "position commune" avec le patronat, qui comportait un assouplissement expérimental des 35 heures, et "le gouvernement s’est engouffré là-dedans".

"Elles ont accepté des concessions graves pour les salariés" et "la manière d’en sortir, c’est que ces organisations retirent leurs signatures", a-t-il dit, répétant une demande déjà formulée la semaine dernière, à laquelle la CGT et la CFDT avaient répondu par la négative. (d’après Yahoo)

La réponse de Bernard Thibault :
Interrogé dans "Le Parisien-Aujourd’hui en France" sur la demande des syndicats FO et CFTC de se retirer de la proposition commune du 9 avril sur la représentativité syndicale, le leader de la CGT répond : "Evidemment, non. Ça ne changerait rien. Ces syndicats ont du mal à avouer leur désaccord sur les nouvelles règles de représentativité. (....) S’ils n’appellent pas à la mobilisation du 17 juin, cela fera le jeu du gouvernement", met-il en garde.

"Nous devons être plus nombreux dans la rue le 17 juin que nous l’avons été le 22 mai. Il y avait 700.000 manifestants il en faudrait un million", estime-t-il au sujet de la journée d’action pour la défense des 35 heures et des retraites.

Dénonçant une nouvelle fois la proposition d’avant-projet de loi sur la démocratie sociale du gouvernement, Bernard Thibault reproche "une vaste opération de déréglementation des 35 heures mais pas seulement". "Ce texte fait sauter toutes les garanties collectives sur le temps de travail", dénonce-t-il.

Il est assez facile quand on a fait une connerie de dire que c’est la faute des autres. Et de les appeler à l’aide. D’autant plus que cette position ne fait pas l’unanimité au sein de la CGT.


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 785663

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité  Suivre la vie du site Archives 2008   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License